Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/08/2018

Poésie de Marinette BOUCHER née RIVAL (1914 - 2005)

Poésie en patois parue en décembre 1989 dans le n°11 de "Gruissan d'Autrefois"

Marinette 28 tchao.jpg

                  REGRETS

Grussan o mon vilatje te que m'as enfentada

Te devi e va savès mas pu bellas annadas

E vau cercar los mots, de mots riches e bels

Que faram un poèma e que te legirei

 

Me revesi encara vivre am'b mos parents

Caussada am'b d'esclops, vestida simploment

E lo temps que passava tant calme e tranquille

Nos donnaba un bonheur difficille a descriure.

 

Remercii lo cèl de me l'aber donnat

Mès te o mon vilatje i as plan contribuat.

Lo soer al pèd d'al foc los contes érom bels

Erom totjors los mèmes, èrom totjors novels.

 

Grussan o mon Grussan si on estats plan eroses

E nos as ajudat am'b ta bela torre

Los pescaires lo soer montavom al castèl

Cercar la meteo, la vesiom dins lo cèl.

 

Te voli demandar avans de me n'anar

Dins lo monde de vei, se te sentisses plan

Entendi ta responsa, Aici la voli dire

Lo Grussan d'aquel temps a plan finit de vioré.

 

Nos autris los anciens avans de l'entarrar

Nos qual faire un bel conte e lo caldrar daissar

En èsperen qu'un jorn la vida changearà

Sus una autra planeta l'entendrem racontar.

 

 

11:08 Publié dans 8) POESIES | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Quel bonheur de voir ma chère Marinette rayonnante comme je l'ai toujours connue.
Elle réchauffait l'âme de son sourire, de la douceur de ses yeux bleus. Cela n'empêchait pas une certaine mélancolie devant la fuite du temps et les bouleversements qui gagnaient son cher village.

Écrit par : COURDIL | 05/08/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire