Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/07/2018

Lu dans la presse: La cité recèle d'anecdotes étonnantes

Quand l'histoire tutoie les mythes et légendes

Gruissan indep 29 juillet001.jpg

Nichée entre le massif de la Clape et la Méditerranée, au coeur d'un territoire dessiné par les vignobles, la commune de Gruissan est dotée de cinq étangs qui couvrent environ un tiers de sa superficie, d'un patrimoine naturel et culturel sans égal, offrant aux amateurs de photographies un formidable terrain de jeu pour des clichés semblables à des cartes postales. Comme sur l’Île Saint-Martin, le temps n'a pas d'emprise sur Gruissan qui malgré sa modernisation en cité touristique a su garder toute son authenticité.

La naissance d'une cité historique. L'histoire de Gruissan est intimement liée à celle de Narbonne, le village faisant pendant longtemps office de port de la Colonia Narbo Martius et permettant la pénétration du territoire par les galères marchandes. L'îlot où siège désormais le village était autrefois inhospitalier, composé de pentes abruptes, entouré d'eaux profondes charriées par les vents. néanmoins, le rocher surplombant les étangs en fait un lieu stratégique. En 1084, un acte signé de l'Archevêque de Narbonne, aussi seigneur de Gruissan atteste de la présence d'un château qui, plus tard, une fois entouré de remparts devient une place forte destinée à la protection de la côte des invasions barbares.

La légende de Barberousse. Mais qui est donc ce personnage qui a donné son nom à la tour? Un pirate barbare sûrement. C'est en tout cas l'histoire mythique emprunte d'aventures de pirates à glacer le sang que les pêcheurs craignaient avec effroi, qui a traversé le temps dont subsiste aujourd'hui le nom. Érigée au centre du château pour une observation idéale du littoral, c'est l'un des derniers vestiges de la Ville médiévale de Gruissan.

Un bâtiment peut en cacher un autre. Au cœur du vieux village circulaire qui épouse parfaitement les contours de la tour et du littoral, Notre Dame de l'Assomption est à compter parmi les plus vieux édifices de la commune. Son mobilier du XVIIème a laissé place sous le règne de Louis Philippe à une statue de l'Assomption et au baldaquin de choeur. Mais la tradition de pêche du territoire n'a pas été oubliée, l'ex-voto grand format réalisé par le peintre Jacques Gamelin (1804) retrace le quotidien de ces marins, premiers habitants de Gruissan, sur une mer calme mais aussi bravant les tempêtes. Par son mobilier autant que par son architecture, Notre Dame de l'Assomption sera construite avec des pierres du château détruit quelques décennies plus tôt.

Article paru dans l'indépendant du 29 juillet 2018, et écrit par Pauline Thicoïpé

11:00 Publié dans 5) PRESSE | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire